Hollywood on stage est un forum où vous incarnerez un acteur, une actrice, un réalisateur ... ou qui vous souhaiterez =)
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 De fausses rumeurs ? Jamais ! [Feat. LUKE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Acteur / Actrice

Tamahra J. Messinger


— Messages : 360
— Date d'inscription : 05/10/2009
— Age : 25
— Niveau: : $$$$
— Localisation : hmm .. i'll let you guess.
— Citation : Les joies du monde sont notre seule nourriture. La dernière petite goutte nous fait encore vivre.
— Emploi/loisirs : Actrice de séries/films




— What About U?
— Vos projets en cours:
— Vos Relations:

MessageSujet: De fausses rumeurs ? Jamais ! [Feat. LUKE]   Jeu 18 Fév - 10:59

Ce n'était pas en m'éveillant ce matin, la tête remplie de bonnes choses venues de rêves troubles, que je pensais qu'un état pareil pourrait arriver bientôt. Ce n'était pas en ouvrant les yeux, doucement, pour que la lumière non filtrée par les rideaux pourtant tirés m'arrivent droit dans les pupilles, que je pensais me mettre même un tout petit peu en colère. Parce que c'était ça, Tamy, c'était toujours la fille souriante et timide et jamais la grosse méchante. Ce n'était pas dans mon caractère, un point c'était tout. Mais vous verrez, cher lecteur, ce qu'il m'arriva par la suite pour que je me retrouve dans une telle situation. Tout allait bien, au premier abord. Ma douche était chaude et ne faisait pas sa rebelle, alors que j'habitais dans cet appartement à côté du lieu de tournage de mon prochain film Bloody Nights, et ne passait pas du chaud au froid constamment. Agréablement surprise, je m'étais même mise en tête de me faire belle pour cette matinée qui, bien que glaciale selon le thermomètre, laissait apparaître le soleil éclatant et me réchauffait un tant soit peu. Mes sous-vêtements ? Pas dignes d'une star hollywoodienne, il faudra en convenir. Je me plaisais très bien dans les culottes et soutiens gorge enfantins, et ne m'étais jamais aventuré dans la dentelle et les froufrous. Pourquoi pensais-je à ça ? Tout simplement parce que c'était dans cette petite tenue que, devant mon miroir, j'essayais vainement de faire quelque chose de bien pour paraître jolie. Étalé mon fond de teint comme le faisait les maquilleuses, puis mon plus grand ennemi, l'anti-cernes. J'avais des cernes monstres, dans le sens où elles faisaient vraiment, vraiment peur, et qu'aucun produit au monde ne pouvait les cacher. J'étalais la poudre pour atténuer l'effet violacé mais rien n'y faisait, j'avais l'air d'un zombie, un point c'était tout. Je n'avais pas besoin de correcteur puisque, faisant attention à ma peau en ne me maquillant pas tous les jours pour les paparazzos, je n'avais pas besoin de correcteur pour cacher mes boutons. Je n'en avais point. Un petit coup de gloss, un trait de crayon et un peu de mascara suffisait à me donner un air un peu plus rayonnant qu'au début, et c'était maintenant dans ma garde robe que je choisissais un jean slim et une chemise verte, cachée sous un gros pull et un autre gros pull, eux même surmontés d'une doudoune. Il faisait froid, je m'armais comme je le pouvais.

Les rues n'étaient pas bondées, parfait. Je n'avais pas mis de lunettes de soleil pour que l'on ne me reconnaisse pas ou quoi que ce soit, comme certaines stars, car j'avais remarqué que cela faisait exactement l'inverse. Quand on se cache, on attire l'attention. Mais bon, il était certain que lors de ma petite promenade matinale, j'avais eu le droit à des « oh, vous êtes la fille de Vampires' Love ? » « un autographe s'il vous plaiiiit » « je peux prendre une photo avec vous ? ». Je m'exécutais, je souriais, je discutais même avec mes fans, comme s'ils étaient mes amis les plus proches. Sans eux, je n'aurais jamais pu être au sommet où j'étais actuellement, et j'arrivais donc à leur parler assez facilement. Certaines personnes prirent des photos, pour les revendre à des magazines je supposais, et je décidais donc de m'arrêter au kiosque, histoire de voir quelles étaient les histoires du moment ou encore si j'étais dedans. Je n'aimais pas me retrouver dans les magazines car j'étais invariablement dans les flop question tenue, ou artiste la plus grimaçante ou la plus souriante ou je ne savais quoi d'autre. Rien de très bien, en tout cas. Le vendeur me reconnut et avant de regarder la devanture, je lui signais un autographe, et il me posa une question qui .. Oui, qui me déconcerta. « Alors, c'est pour de vrai, enfin ? » Je le regardais avec un air étonné. De quoi parlait-il ? Comme il semblait pouvoir lire dans mes pensées, il agita un magazine people parmi d'autres devant ma figure où j'étais eh bien .. en première page. Et pas toute seule, avec mon partenaire professionnel et amour à l'écran dans Vampires' Love. Quelques secondes me suffirent pour lire le titre, on m'affichait en couple avec cet homme. Qu'on se moque de moi passe encore, mais qu'on se moque de ma vie personnelle en inventant des histoires rocambolesques à propos de mes amours me chauffait les nerfs. C'était donc armée d'une petite colère que j'avais pris la direction des bâtiments du magazine, pour leur dire de ne pas divulguer de fausses informations à mon sujet. Je n'étais plus souriante, plus du tout, surtout que cela me rappelait que question amour j'étais franchement à la masse, et que je faisais fuir les hommes comme un tue mouches.

Le chemin était rapide. Les portes s'ouvrirent devant moi et je ne savais où aller pour rouspéter. En tout cas, mon entrée fit grand fracas puisqu'évidemment, les magazines people, savent tout des stars. Pour les reconnaître, pas besoin de cinquante mille ans. Plusieurs chuchotements « c'est tamahra » me mirent encore plus en colère, car je détestais que l'on m'appelle par mon prénom en entier. Bon, je n'avais pas l'air d'une furie. Il était impossible pour moi d'en avoir l'air, mais je n'étais pas toute gentille, et cela se sentait. Comme si des mauvaises ondes émanaient de mon être. Je demandais à l'accueil où je pourrais me plaindre de fausses rumeurs et la dame ne savait que me répondre. N'était-ce pas là son travail ? Je me dirigeais au hasard dans les couloirs en demandant la place au sein de l'entreprise à chaque personne, puis finalement me retrouvais dans un bureau. J'avais pratiquement les larmes aux yeux, je détestais mon hypersensibilité. « Est-ce que c'est là votre travail, de pourrir la vie des gens et de lancer de fausses rumeurs à leur sujet ? Retirez cet article ! »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Agent de Star

Luke Dam


— Messages : 21
— Date d'inscription : 12/02/2010
— Niveau: : $
— Emploi/loisirs : Agent




— What About U?
— Vos projets en cours:
— Vos Relations:

MessageSujet: Re: De fausses rumeurs ? Jamais ! [Feat. LUKE]   Jeu 18 Fév - 13:26


    Coiffure de mon personnage xD


    Que la vie pouvais être dure et cruelle ! Ce fut la deuxième chose que je me dis en ouvrant les yeux. La première ? Encore une belle journée, parfaite pour chercher du travail. Car oui, si j'étais plein de bonne volonté et d'envie, je me trouvais actuellement sans emploi. Cela faisait un mois que ça durait, et je commençais à en avoir marre, si bien que les fondations de ma volonté s'effritaient peu à peu : étais-je vraiment fait pour ce métier d'agent de stars ? Je n'en savais que trop rien. J'avais réussis à m'inviter à plusieurs soirées galas, à plusieurs événements importants, mais à chaque fois que j'abordais quelqu'un, soit on m'ignorait totalement en apprenant mon nom, soit les personnes que j'approchais possédaient déjà leurs propres agents. Qu'il était dur de se faire un nom dans ce milieu si ... compliqué. Emergeant finalement de mes couvertures, j'écartais totalement les rideaux, laissant entrer dans ma chambre un déluge de lumière, si bien que j'en restai presque une minute totalement aveuglé. Dehors, la température avoisinait les treize degrés, qui sans être exessivement basse, m'empêcherait quand même de sortir "légèrement vêtu". La douche me fit bien meilleur effet que mon réveil, car j'avais pour habitude de commencer par de l'eau chaude, finissant par une eau presque gêlée. Ainsi, je m'assurais un corps et un esprit totalement alerte !

    Mon petit-déjeuner se composa de tartines au miel et de deux verres de jus de fruit, rien de tel pour commencer la journée ! Et une fois ma toilette complètement terminée, je pus enfin m'atteler à la tâche que j'appréciais le plus le matin : me rendre présentable. Car mes cheveux "en pétard" avant la douche étaient maintenant "coiffés" dans tous les sens, un peu n'importe comment en fait. J'enfilai un pantalon en jeans foncé, avec des tons légèrement bruns, ainsi qu'un t-shirt un peu moulant de couleur beige clair. Donnant deux coups de doigts sur le vaporisateur de mon parfum, Bulgari Soir, je terminai par enfiler un gros pull en laine d'une couleur située entre le blanc-crème et le beige. Après avoir passé mes doigts dans mes cheveux plusieurs fois, et après que je les estimai assez "coiffés", je réunis tous mes documents dans un porte-document en plastique blanc, et je sortis. En fermant la porte à clefs derrière moi, je me demandai pour combien de temps encore je pourrais payer le loyer. D'après mes réserves, encore deux mois, mais après, si je n'avais toujours pas de travail, il faudrait que je rentre chez mes parents : ce serait une déception énorme pour moi. Mon objectif était donc clair : trouver une célébrité qui accèpterait de me prendre comme agent. Et pour cela, j'avais aujourd'hui décidé d'aller à la plus grande firme de magazines people de la ville, espérant y glaner quelques noms intéressants à représenter.

    Heureusement, je n'habitais qu'à quelques patés de maison de ma destination, et je n'eus même pas le temps de prendre froid, si bien qu'en arrivant, j'étais prêt à partir à "la chasse aux noms". Pour être venu ici plusieurs fois, les employés du magasine me laissaient tranquille, car ils savaient ce que je voulais. En fait, ils se contentaient de m'ignorer, tout simplement. Alors que j'approchais de l'accueil, j'entendis des cris, ou plutôt quelqu'un qui parlait très fort : une femme d'après moi. Curieux, je m'aprochai de la source du bruit : une jeune femme, visiblement pas très contente. Mes sourcils se levèrent lorsque je le reconnus : Tamahra Messinger ! Une star mondialement connue ! Sauf qu'elle ne faisait normalement pas la une des magasines peoples, préférant les personnes plus ... scandaleuses. Mais alors que faisait-elle ici ? Car la "connaissant", je me doutais bien qu'elle n'était pas le genre de célébrité à donner des entretiens sur sa vie privée ...

      Est-ce que c'est là votre travail, de pourrir la vie des gens et de lancer de fausses rumeurs à leur sujet ? Retirez cet article !

    C'était donc ça. Je ne savais pas de quel magasine elle parlait, mais d'après moi, il devait y avoir publié quelque chose de particulièrement "croustillant" sur la belle actrice, quelque chose qui n'était pas forcément vrai. J'en étais presque sûr. Mais à part ça, je voyais là une occasion inédite de la rencontrer en personne, c'était une chance à ne pas laisser passer. Surtout que l'employé à qui elle parlait ne semblait pas vraiment comprendre ce qui se passait, et n'y était sûrement pour rien dans l'édition du magasine. Entrant dans le bureau, je passai devant Tamahra sans lui adresser un regard, et dit à l'employé :

      Laissez, je vais m'occuper de Mademoiselle Messinger. - Puis en m'adressant à elle très poliment : Veuillez me suivre s'il vous plait.

    J'avais employé le ton qu'utilisait normalement un supérieur, sauf que personne, sauf l'employé, n'avait remarqué mon petit clin d'oeil à ce dernier. Ne sachant pas trop quoi faire, mais trop heureux de se faire ainsi libérer, il ne dit rien, et me laissa quitter le bureau sans soucis, fermant ensuite la porte derrière nous. Le couloir était désert, heureusement. Je pris alors la liberté de parler comme à quelqu'un de normal, non pas comme à une grande célebrité, mais comme à, par exemple, un voisin :

      Excusez cette intrusion. Je suis Luke Dam, agent. Je ... je crois que je peux vous aider à règler ce différent avec le magasine.

    Gratifié d'un sourire, j'espéras vraiment que Tamahra n'allait pas me planter là. Je savais que le magasine pouvait être attaqué pour calomnies et autres choses de ce genre, mais Tamahra savait-elle le faire elle-même ? Sûrement pas. Et c'état là que j'entrais en jeu ... il ne restait plus qu'à voir sa réaction face à moi !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Acteur / Actrice

Tamahra J. Messinger


— Messages : 360
— Date d'inscription : 05/10/2009
— Age : 25
— Niveau: : $$$$
— Localisation : hmm .. i'll let you guess.
— Citation : Les joies du monde sont notre seule nourriture. La dernière petite goutte nous fait encore vivre.
— Emploi/loisirs : Actrice de séries/films




— What About U?
— Vos projets en cours:
— Vos Relations:

MessageSujet: Re: De fausses rumeurs ? Jamais ! [Feat. LUKE]   Jeu 18 Fév - 14:42

S'il y avait une chose et une seule qui me faisait exploser, c'était bien les mensonges. Je ne savais pourquoi, ma langue se déliait et je partais en cacahuète. Ce n'était qu'une histoire people après tout, ils gagnaient leur vie en inventant des choses sur le papier, je gagnais ma vie en faisant semblant à l'écran. Je n'aurais pas du avoir cette attitude. Mais pourtant, impulsive, j'y étais allée. Comme habitée par un démon qui faisait agir mon corps et s'agiter ma langue, qui bougeait et parlait donc à ma place. Sinon, je n'aurais pu aligner une seule phrase. Non, la Tamy de d'habitude bafouillait tellement qu'elle n'aurait pas pu s'adresser comme ça à des gens qu'elle ne connaissait pas. La Tamy de d'habitude ne se serait même pas donné la peine de leur adresser la parole, mais Tamy était partie un instant et avait laissé place à une sorte de Hulk. Bon, je ne criais tout de même pas après ces gens mais j'étais assez tendue. Je le sentais dans tous mes muscles, mes mollets devaient être durs comme du roc et mes bras devaient avoir doublé de volume. Un peu d'exagération, mais c'est pour faire passer le message. J'attendais une réponse de la part de cette horde de singes sans cervelle -car c'était exactement ce que je pensais à cet instant précis- quand une silhouette me passa devant. J'étais dans un tel état de désincarnation que j'aurais pu la frapper mais je n'en fis rien, je regardais l'homme qui passait devant moi sans vraiment le voir, ne sachant ce qu'il allait faire. Travaillait-il ici ? En tout cas, il ne m'accordait même pas un simple regard, ce qui me vexa quelque peu. Après tout, je pensais avoir fait sensation en entrant dans ce bureau comme ça, mais peut-être que je n'étais rien, pour eux. Même pas une humaine. Un objet à photographier et à montrer dans de fausses situations ou dans des positions gênantes. Peut-être était-il lui même un de ces papparazzis qui vendaient leurs photos mais .. non. Il l'aurait déjà dégainé, et nous aurions tous pu voir dans un magazine « Tamahra, la célèbre actrice, fait un scandale dans les bureaux d'un magazine people ».

Laissez, je vais m'occuper de Mademoiselle Messinger.


Ah il me connaissait alors, très bien, et cela renforçait l'idée en moi qu'il travaillait en effet dans la compagnie. Sinon, il ne se serait pas comporté de cette manière par rapport à l'employé. Je le regardais enfin. Dans sa physionomie, il avait plus l'air d'un adolescent désorienté comme moi même que d'un employé de bureau. Et pourtant, il avait parlé d'une certaine manière qui me laissait penser le contraire. Le voyant comme ça, mes jambes se transformèrent en spaguetti et je redevenais Tamy, celle qui ne savait pas du tout parler. Enfin, pour l'instant, de toute façon, personne ne m'avait posé de questions, je n'allais pas ouvrir la bouche pour rien.

Veuillez me suivre s'il vous plait.

Je suivais son ordre comme un petit toutou, même si je sentais que je n'aurais pas dû. Si c'était à la Tamy de tout à l'heure à qui il avait parlé, il aurait déjà pris quelque chose dans la figure ou en dessous de la ceinture ou quelques mots bien placés. Mais non. J'étais redevenue gentille, pas assez rancunière, et malléable comme une poupée de chiffon. Peut-être qu'il allait arranger mon problème, ce gars là, même s'il n'avait pas l'allure pour. Il avait parlé comme quelqu'un qui était important ici, alors il devait pouvoir faire quelque chose pour moi. Zut, je voulais un message d'excuse ou quelque chose à la prochaine édition du magazine, j'allais pouvoir lui demander plus posément, ou en tout cas, je l'espérais. Il ferma la porte du bureau et je me retrouvais face à mon homme, peut-être mon sauveur.

Excusez cette intrusion. Je suis Luke Dam, agent. Je ... je crois que je peux vous aider à règler ce différent avec le magasine.

Il n'était qu'un agent ! Alors je m'étais trompée, comme d'habitude. J'affichais une mine désespérée quelques secondes mais puisqu'il se proposait de m'aider à régler mon problème, je ne voyais aucune raison de ne pas accepter sa proposition. Il n'avait pas l'air très sur de lui ce qui me rassurait d'une certaine manière, car je n'étais jamais sure de moi, sauf quand j'étais un peu sur les nerfs.

Tamy. Appelez moi Tamy je .. je ne vois pas comment un simple agent pourrait, enfin, vous voyez, vous n'avez pas de place dans cette entreprise, je .. je .. je ne sais pas .. réellement ce que je veux, enfin si, mais est-ce que vous me comprenez ?

Je fronçais les sourcils, en proie moi même à une grande désorientation. Je recommençais à bafouiller et je me haïssais pour cela, mais je ne pouvais pas y faire grand chose.

De qui êtes vous l'agent, de .. de toute façon ? Rien .. Rien ne me prouve que, que ce que vous disez est la .. la vérité. Je m'arrêtais de parler quelques secondes et reprenais. Peut-être que je devrais appeler mon propre agent mais .. enfin, vous savez, le genre de personne qui vous ordonne de faire des choses et qui fait plus peur qu'autre chose ? C'est, c'est elle.

Je passais une main nerveusement dans mes cheveux, essayant d'aligner les phrases du mieux que je pouvais, devant cet homme. J'étais beaucoup plus gênée devant les hommes que devant les femmes, puisque dans ma tête, ils voyaient leur opposé sexuel comme un morceau de viande à se faire. Il avait l'air plutôt poli, lui, mais plus les gens étaient beaux, plus ils me gênaient. Il était trop beau pour que je ne bafouille pas, juste un petit peu.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Agent de Star

Luke Dam


— Messages : 21
— Date d'inscription : 12/02/2010
— Niveau: : $
— Emploi/loisirs : Agent




— What About U?
— Vos projets en cours:
— Vos Relations:

MessageSujet: Re: De fausses rumeurs ? Jamais ! [Feat. LUKE]   Ven 19 Fév - 15:24

    Si au début, lors de mon entrée dans la pièce, Tamahra avait parue énervée, ou plutôt, pas contente d'être ainsi ignorée, elle changea totalement de comportement une fois que je me fus présenté. Un peu contrariée par le fait que je l'aie ainsi bernée, ce qui était totalement compréhensible. Par contre, je ne m'étais pas du tout attendu à ce qu'elle réagisse aussi positivement. Car normalement, les gens n'aiment pas du tout être trompés, alors je pensais que Tamahra allait pousser une bonne gueulante, et repartir, comme si je n'avais jamais existé. Sauf qu'au lieu de ça, et bien non, elle se mit à dire en bafouillant un peu :

      Tamy. Appelez moi Tamy je .. je ne vois pas comment un simple agent pourrait, enfin, vous voyez, vous n'avez pas de place dans cette entreprise, je .. je .. je ne sais pas .. réellement ce que je veux, enfin si, mais est-ce que vous me comprenez ?

    A vrai dire, j'étais un peu intrigué. Elle ne ressemblait pas du tout à la personne qui apparaissait à l'écran, sûre d'elle, excellente actrice. Après tout, elle n'était une célébrité mondiale pour rien ! Mais là, et bien elle semblait perdre tout ses moyens, ce qui prouvait bien son énorme talent pour jouer un rôle. Elle était sûrement un peu désorienté, ne comprenant pas pourquoi un simple agent comme moi, dont l'apparencre laissait penser à un débutant, voulait l'aider, et surtout, comment je pouvais le faire ! Comme pour appuyer mes pensées, Tamy se lança dans un nouveau bafouillage d'incompréhension :

      De qui êtes vous l'agent, de .. de toute façon ? Rien .. Rien ne me prouve que, que ce que vous disez est la .. la vérité. Je m'arrêtais de parler quelques secondes et reprenais. Peut-être que je devrais appeler mon propre agent mais .. enfin, vous savez, le genre de personne qui vous ordonne de faire des choses et qui fait plus peur qu'autre chose ? C'est, c'est elle.

    Ainsi donc, elle ne me croyait pas. Ce n'était étrange après tout, j'étais dans le milieu depuis peu de temps, et n'ayant pas encore réussit à représenter une seule célébrité, mon nom n'était guère reconnu. Sortant de ma poche une carte d'agent, je la lui tendis. Dessus figurait une photo de moi assez soignée, cheveux régulièrement coiffés, chemise blanche, sourrire franc, une personne, à voir cette photo, toute à fait présentable et honnête. Elle me présentait en tant qu'agent, et contenait également mes coordonnées. Une fois que Tamy eut prit la carte cartonnée, je ne savais plus trop quoi faire. Elle ne me croyait pas, c'était visible, et semblait un peu gênée d'être devant moi. Un peu comme, par exemple, un adolescent se retrouvant en tête à tête avec Mickael Jackson, alors que c'est moi qui devrait être tout paniqué d'être devant elle, une personne connue mondialement pour ses talents d'actrice !

    Mais étrangement, je ne me sentais pas du tout intimidé par sa personne. Non pas que ça ne me fasse aucun effet, mais il émanait de Tamahra Messinger une sorte de "banalité", comme si hors de l'écran, elle n'était qu'une personne tout à fait normal. Il va sans dire que j'appréciais beaucoup ce genre de comportements. J'avais eus l'occasion de croiser une ou l'autre célébrité, notamment lors d'une soirée de gala, qui faisaient bien étalage de leurs qualités, leurs biens et leur argent, se prenant pour l'égal de dieux. C'était un peu ... trop pour moi. Je n'appréciais pas vraiment ce genre de personne, je préférais ceux qui savaient se montrer humbles. Ce qui semblait être le cas de Tamy. Je fus par contre déçu quand elle annonça qu'elle devrait peut-être appeler son propre agent. Ainsi donc, aucune chance pour moi d'espérer devenir un jour son représentant. Mais une petite étincelle d'espoir s'alluma en moi lorsqu'elle l'annonça comme une personne légèrement tyrannique. Pour moi, être l'agent de quelqu'un n'était pas seulement aller lui négocier les meilleurs contrats possible, lui gérer un agenda ou autres tâches administratives. C'était également l'occasion de nouer une relation basée sur la confiance et l'entraide, comprender et aider le représenté dans son quotidien, car être une célébrité, que ça pouvait être fatiguant !

      Je comprend parfaitement Mada ... Tamy. Mais vous pouvez attaquer le magazine en justice pour calomnies ou pour atteinte à l'image publique. Et je peux vous aider à faire un dossier solide qui vous garantira, entre autre, le retrait total et immédiat de l'édition de ce magasine. - puis avec une pointe de tristesse : Mais votre agent pourra s'en charger tout aussi facilement que moi. Je m'excuse de vous avoir dérangé ... Tamy.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Acteur / Actrice

Tamahra J. Messinger


— Messages : 360
— Date d'inscription : 05/10/2009
— Age : 25
— Niveau: : $$$$
— Localisation : hmm .. i'll let you guess.
— Citation : Les joies du monde sont notre seule nourriture. La dernière petite goutte nous fait encore vivre.
— Emploi/loisirs : Actrice de séries/films




— What About U?
— Vos projets en cours:
— Vos Relations:

MessageSujet: Re: De fausses rumeurs ? Jamais ! [Feat. LUKE]   Ven 19 Fév - 21:38

Peut-être pensait-il que j'étais folle. C'était vrai que mon revirement total de comportement pourrait s'apparenter à une maladie, comme si j'étais bipolaire ou quelque chose, c'était juste que .. non, j'étais redevenue « normale », devant un garçon qui me semblait on ne peut plus normal. Et comme pour moi, normal voulait dire faire des phrases incompréhensibles, bafouillant, se perdant dans les mots, c'était ainsi que je descendais littéralement devant lui. Bon d'accord, je ne pouvais pas m'empêcher de lui sourire, de ce petit sourire gêné que j'avais l'habitude de prendre, mais c'était parce que j'étais Tamy la souriante, rien d'autre. La colère semblait passer, mais qui ne disait pas que je pourrais refaire une scène en revoyant la première page de ce magazine ?

Je comprend parfaitement Mada ... Tamy. Mais vous pouvez attaquer le magazine en justice pour calomnies ou pour atteinte à l'image publique. Et je peux vous aider à faire un dossier solide qui vous garantira, entre autre, le retrait total et immédiat de l'édition de ce magasine.

Il me vouvoyait. Je me sentais vraiment vieille, un instant, puis me rappelais que je dépassais à peine la vingtaine. C'était étrange de voir cet homme me parler comme ça, même si j'avais beaucoup de contacts sérieux dans ma vie de tous les jours. J'étais une « star » comme on disait, et obligatoirement, cela voulait dire parler à des producteurs, des agents de castings, des agents artistiques et tout le chambouli chamboula. Quand il parlait, cela ne sonnait pas bien à mon oreille, c'était tout. J'aimais la rectification du « Madame » qu'il voulait dire au début, et me sentis totalement perdue dès qu'il parla d'attaquer le journal en justice. Car oui, je n'étais plus vraiment fâchée, et je me posais la question, maintenant. Devais-je vraiment le faire ? Surement, si je ne voulais pas avoir une nouvelle crise de colère. Et puisqu'il me proposait gentiment ses services ..

Mais votre agent pourra s'en charger tout aussi facilement que moi. Je m'excuse de vous avoir dérangé ... Tamy.

Le ton que prit sa voix m'attrista, et j'agitais la tête pour rien, cherchant quoi dire ou quoi faire. Franchement, mon agent serait très contente de me voir en couverture d'un magazine people, parce que cela m'attirerait du public etc etc etc .. Et de l'argent. Toujours l'argent. J'en avais marre de ces gens qui ne vivaient que pour ça et peut-être que celui qui m'avait donné sa carte un peu plus tôt n'était pas aussi intéressé que la plupart des gens. Il semblait jeune, pas l'air manipulateur, mais j'étais tellement naïve que j'aurais pu me faire avoir en deux secondes top chrono s'il l'était. Je regardais alors sa carte finalement, alors que je l'avais en main depuis quelque temps déjà, et cela me semblait bientôt plus sérieux. Je pensais que ce serait bien d'avoir un agent qui ne me faisait peur et que j'avais peur de croiser dans la rue, qui ne me réprimanderait pas pour ma façon de m'habiller négligée ou mon manque d'enthousiasme par rapport aux garçons. Rien ne me disait, cependant, qu'il n'était pas lui même comme ça.

Je .. D'abord, tutoyez moi. Enfin, tutoie moi. Le vous ne semble pas .. Pas vraiment approprié alors qu'il le serait mais je ne sais pas, cela sonne .. bizarre, bizarre dans ma tête. Mais vous, enfin tu dois penser que je suis bizarre de toute façon. Whatever.

Je fouillais dans la poche de mon jean trop serré mon portable et le regardais fixement, comme si j'en attendais une quelconque chose. Puis, après un moment de télépathie avec mon téléphone, je me décidais à appeler mon agent.

Tu m'excuses une seconde, euh, .. Luke ? Je vais .. je vais appeler mon agent.

Je partais un peu plus loin dans le couloir et appelais. Comme je m'y attendais, la vieille femme était là, toute contente que j'attire l'attention des médias, et voulait même que je me mette en faux couple avec mon partenaire à l'écran du film. Folle de rage, je lui raccrochais au nez et restais quelques temps à part le temps de redevenir normale, et revenais vers Luke.

Je veux bien de ton aide. Apparemment, la personne qui travaille pour moi ne s'intéresse pas à ce que je veux. Assez ironique.

Je n'avais pas bafouillé cette fois-ci, mais c'était parce que j'étais encore en transition entre la nervosité/colère jusqu'à ma normalité à moi. Finalement, je fourrais la carte de Luke dans ma poche et lui lançais un sourire.

Ta carte me .. semble plus utile que; que toutes celles de ceux qui sont .. censés vouloir m'aider. M'aider, c'est fou. Il y a des gens.

Je parlais à moitié à moi même, à moitié à moi même, et pris finalement une grande inspiration, plongeant mes mains dans ma doudoune.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Agent de Star

Luke Dam


— Messages : 21
— Date d'inscription : 12/02/2010
— Niveau: : $
— Emploi/loisirs : Agent




— What About U?
— Vos projets en cours:
— Vos Relations:

MessageSujet: Re: De fausses rumeurs ? Jamais ! [Feat. LUKE]   Jeu 25 Fév - 8:58

    ( Désolé pour le retard =/ )

    Après avoir agité la tête quelques instants, comme pour se brouiller les idées, Tamy se concentra, et regarda ma carte plus attentivement. J'espérais qu'à défaut de me vouloir en tant qu'agent, elle se souviendrait au moins de mon nom, au cas où quelqu'un dans son entourage avait besoin d'être représenté. Tamahra se mit alors à parler en bégayant, me demandant de la tutoyer, car le vousoiement lui semblait plutôt étrange. C'était assez vrai en fait, car nous devions avoir sensiblement le même âge, alors s'adresser à quelqu'un aussi âge que moi en utilisant le "vous", c'était un peu bizarre. Ironisant alors, elle affirma que je devais la trouver pas très normale, peut-être dans sa manière de parler. En fait, j'avais l'habitude de voir une Tamahra sûre d'elle à l'écran, alors la voir ici si "perdue", il faudrait que je m'y fasse.

      Tu m'excuses une seconde, euh, .. Luke ? Je vais .. je vais appeler mon agent.

    Ayant sortit son téléphone, elle s'éloigna dans les couloirs. J'étais intrigué : qu'allait-elle faire avec son agent ? Je ne voyais pas vraiment ce qu'elle avait à lui dire de si urgent pour interrompre notre conversation, mais bon, ce n'était pas trop grave. Peut-être que Tamahra allait informer son agent de mon existence, lui prononcer mon nom, et qu'au fil du temps, ce dernier finirait par attirer l'attention d'une célébrité en manque d'un agent ? J'espérais vraiment que oui, car le bouche à oreilles était sûrement le moyen le plus efficace pour moi de me faire connaitre. Car pour l'instant, j'étais tout en bas, mais vraiment tout en bas, de l'échelle. Tamy revint alors vers moi, et j'étais prêt à parier que si elle n'était plus énervée, elle l'avait été quelques instants plus tôt. Que s'était-il passé ?

      Je veux bien de ton aide. Apparemment, la personne qui travaille pour moi ne s'intéresse pas à ce que je veux. Assez ironique.

    Là, ce fut comme si mon cœur venait d'arrêter de battre pendant quelques secondes, le temps que l'information reçue remonte au cerveau. Avais-je bien entendu ? Avais-je bien compris ce que m'avait dit Tamahra Messinger ? Voulait-elle vraiment que je sois son agent ? Le grand sourire qui s'afficha sur mon visage était une preuve de mon état de bonheur. Je n'y croyais presque pas en fait ! L'agent de Tamahra Messinger, une célébrité connue mondialement pour ses exceptionnels talents d'actrice ! Et bien moi qui avait pensé commencer par le bas, j'allais être comblé !

    En mettant ma carte dans sa poche, elle m'informa que celle-ci était bien plus utile, en apparences du moins, que toutes les autres qu'elle avait vu. Puis elle blagua en annonçant qu'il fallait être fou pour vouloir l'aider. Non mais ! Je ne voyais pas vraiment mon travail comme consistant à aider quelqu'un, mais plutôt à l'assister dans son travail, faire des choses qui pouvaient lui faciliter la vie quoi ! Justement, en parlant de ça, il faudrait qu'on parle un peu plus sérieusement de notre relation. Car si elle acceptait définitivement que je sois son agent, il faudrait que nous mettions au clair sur les tâches que j'avais à réaliser. Mais ça, ça viendrait plus tard, car je ne voulais pas gâcher cette discussion avec ce genre de détails, aussi importants fussent-ils. Et cette fois-ci, ce fut moi qui bégayai, heureux et un peu perdu à la fois :

      Heu ben ... je ... merci ! Je ferai de mon mieux en tout cas.

    Car oui, Tamy était la première personne que je représentais dans ma vie, alors là, je ne savais plus trop quoi faire ! Je savais qu'il fallait commencer par rédiger une liste de responsabilités que j'aurais : gérer son agenda, parler à sa place pour des communiqués officiels, et négocier ses contrats. Justement, en parlant de contrats, je ne savais si s'il fallait que nous en rédigions un entre nous, afin de définir justement mes responsabilités, mais également les primes que je toucherai. Car je ne souhaitais pas demander à Tamy un salaire fixe, je n'en avais pas besoin. Et puis souvent les agents connus demandaient des sommes faramineuses ... Mais vu que je n'étais pas particulièrement attiré par l'appat du gain, je préférais lui demander un pourcentage de dollars qu'elle recevrait pour ses films ou ses séries. Enfin je ne savais pas trop, cinq pourcent, peut-être dix ? Je n'en savais que trop rien, et il faudrait que j'en discute avec elle ! Sauf que ...

      Et si allions boire un verre, ou juste nous promener un peu ? C'est qu'ici ... j'aime pas trop !

    En fait, c'était l'ambiance des locaux de magazines peoples que je n'aimais pas trop. Toujours des gens à farfouiller partout, à voir quels ragots ils pouvaient récupérer et modifier afin d'en faire un scandale. Et cette sale impression d'être observé et que chacune de mes paroles était écoutée. Comme pour confirmer mes pensées, un employé du magazine passa très lentement devant nous, tentant de saisir une ou deux bribes de notre conversation. Vu que nous ne parlions plus, il continua son chemin, visiblement fâché. Quel imbécile ...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Acteur / Actrice

Tamahra J. Messinger


— Messages : 360
— Date d'inscription : 05/10/2009
— Age : 25
— Niveau: : $$$$
— Localisation : hmm .. i'll let you guess.
— Citation : Les joies du monde sont notre seule nourriture. La dernière petite goutte nous fait encore vivre.
— Emploi/loisirs : Actrice de séries/films




— What About U?
— Vos projets en cours:
— Vos Relations:

MessageSujet: Re: De fausses rumeurs ? Jamais ! [Feat. LUKE]   Jeu 25 Fév - 17:12

    Un grand sourire prit place sur son visage, et je fus bien évidemment obligé d'y répondre. J'étais Tamy la souriante. Je lui rendais un beau sourire freedent avec un petit rire en plus, me demandant ce qui le rendait si heureux, parce que sérieusement, s'occuper de moi c'était comme s'occuper d'un chiot. Je ne faisais pas exactement des bêtises mais disons qu'il fallait tout m'apprendre, que je ne savais pas parler correctement (comme les petits chiots et leurs mini aboiements) enfin bref, assez de comparaison .. Je n'étais pas la personne que j'étais à l'écran, selon les différents films. Dès que je me mettais dans la peau d'un personnage, j'abandonnais ma peau pour en enfiler une nouvelle, un peu comme les serpents lors de leur mue. Peut-être était-ce parce que j'étais un tant soit peu connue maintenant, mais franchement, je n'arrivais toujours pas à m'y habituer.

    Avant que Vampires' Love sorte au cinéma, bien sûr qu'on me reconnaissait dans la rue. Mais parfois, pas toujours. Je pouvais aller faire mes courses sans me cacher la figure et les papparazzis n'avaient pas autant d'argent en me prenant en photo avec quelqu'un d'autre. Tout avait changé depuis que le film était sorti, puisqu'il avait eu un succès phénoménal. Mon compte en banque en pris un coup, ainsi que ma vie. A chaque fois que je sortais, j'avais des dizaines de demandes, et je me retrouvais parfois très vite encerclée comme si j'étais un criminel. Les papparazzis s'arrachaient mes photos et je faisais beaucoup plus de photoshoots et d'interviews qu'avant. Je ne dirais pas que j'aimerais revenir en arrière mais sérieusement .. Tout était plus sympathique quand c'était calme. J'avais eu beaucoup de plaisir à faire ce film, et faire sa promotion faisait partie de mon job, mais les gens qui fouillaient dans mes poubelles me faisaient .. un peu peur.

      Heu ben ... je ... merci ! Je ferai de mon mieux en tout cas.


    Je riais une nouvelle fois, mon bégaiement était contagieux ! Je me sentais vraiment mal à l'aise, comme une fille au lycée, avec ses lunettes grosses comme ça et des boutons plein la figure, qui se faisait inviter par un homme qui était bien au dessus de ce qu'elle pourrait attendre. Ou peut-être était-ce la situation inverse ? Je n'en savais rien, mais Luke semblait être dans un petit cocon à l'idée qu'il puisse m'aider. Peut-être faisait-il partie de ces gens qui aimaient donner et non recevoir, moi même je faisais partie de ce cercle. Bref, pour résumer, je ne comprenais rien

      Et si allions boire un verre, ou juste nous promener un peu ? C'est qu'ici ... j'aime pas trop !


    Je restais bloquée sur un sourire gêné quelques instants, me demandant s'il fallait que je regarde derrière moi pour voir s'il ne parlait pas à une autre star venue se plaindre des photos publiées, et finalement soupirais de soulagement. C'était vrai que l'atmosphère ici était assez tendue, surtout depuis que j'étais rentrée je pensais, et je remarquais comme Luke un des employés qui nous envoya un regard plein de sens. Je n'aimais pas vraiment ces personnes qui recherchaient la petite bête chez chaque célébrité mais bon .. C'était leur job, il fallait bien qu'ils nourrissent leur famille ou eux même. Pour ceux qui aimaient leur travail, eh bien, je n'avais qu'à les haïr, même si en pensant ça, je me disais que franchement, même face au paparazzi le plus abject qui soit, je ne serais pas énervée contre lui. Ou en tout cas pas longtemps. C'était moi.

      Bien sûr. C'est .. l'atmosphère qui est assez étrange. Mais si tu es agent, tu dois venir ici souvent non ? Je ne pense pas être la première « célébrité » (je murmurais ce mot presque honteuse) à m'être plainte ici. Qui représentes-tu ?


    J'entamais la marche à ses côtés. Je me sentais assez bien, surement parce qu'il avait mon âge et qu'il n'était pas trop sérieux ni trop négligé, et qu'il semblait être ravi d'être en ma compagnie. C'était tellement rare. Bon alors pour sortir de l'établissement, je n'avais pas laissé des morceaux de pain derrière moi pour revenir à la porte d'entrée, et j'entrainais Luke dans un dédale de couloirs sans pouvoir m'en sortir. J'étais totalement perdue. Il fallait le dire, le bâtiment était assez imposant, et je n'étais jamais rentrée ici de ma vie avant ce moment-ci. Eh oui. Je ne me plaignais que très peu alors …

      Bon alors .. Tu .. Enfin je .. je ne sais pas très bien comment sortir d'ici ! Tu aurais l'option GPS dans ton cerveau ?


    Je lui adressais un sourire gêné et passais la main dans mes cheveux comme pour renforcer cette impression. J'avais vraiment envie de discuter avec lui mais si nous ne sortions pas d'ici, je m'arracherais bientôt les cheveux, à voir tous ces employés me dévisager comme si j'étais venue d'une autre planète. Je décidais de reprendre ma recherche et prenais Luke par le poignet pour l'amener vers d'autres couloirs et .. tadada ! Sortie en vue. Un sourire s'épanouit sur mon visage lorsque je vis les portes du bâtiment. Je me retenais d'esquisser un signe de victoire et sortais rapidement avec le jeune homme devant l'immeuble.

      Alors on fait quoi ? Tu as le choix, après tout, c'est toi qui va m'aider, je ne vais pas en plus t'imposer quelque chose ! Seule chose, un endroit où il y aurait peu de chance que je me fasse embêter car ...


    J'arrêtais ma phrase alors que deux jeunes femmes s'avançaient vers moi en rigolant à moitié. Il y avait les fans, et .. les fans. Ceux qui voulaient rencontrer des personnes célèbres parce qu'elles étaient célèbres, et celles qui étaient admiratives du travail de celles-ci. Elles faisaient partie de la première catégorie, pour sûr, et je n'aimais pas tellement être à côté d'elle. Surtout que les photographes n'allaient pas tarder à arriver ..
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: De fausses rumeurs ? Jamais ! [Feat. LUKE]   

Revenir en haut Aller en bas
 

De fausses rumeurs ? Jamais ! [Feat. LUKE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
­ « H O L L Y W O O D . O N . S T A G E » :: - « L E S . M E D I A S » :: --& People Magazine-

Livre d'Or

Topsites

Navigation

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit